3 raisons pourquoi je ne redessine pas de maisons contemporaines

10/02/22

En dehors des commandes sur-mesure, j'ai souvent l'un ou l'autre coup de coeur pour les belles lignes et les détails de maisons qui me donnent envie de les redessiner. 

J'habite dans une ville historique et je n'aurais jamais assez d'une vie si je voulais redessiner tous les bâtiments qui me font de l'oeil !

Cependant, certains m'attirent moins pour plusieurs raisons.

1) Le challenge !


Les ornements, les détails, les ferronneries....autant d'éléments qui titillent mon stylet et ma souris. 

J'aime essayer de comprendre les styles, les intentions de l'architecte. 

C'est pourtant très contradictoire avec mon état d'esprit plutôt minimaliste et épuré, mais je suis fascinée par les détails et les redessiner me plongent dans l'époque de la construction.

Je me demande souvent "mais qu'est ce qu'il leur est passé par la tête ?".  Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué....


2) On ne peut pas faire n'importe quoi


Tout comme les photographies, les oeuvres d'art, les bâtiments aussi sont soumis aux droits d'auteur :


"La règle générale dit que le droit d'auteur s'arrête 70 ans après le décès de l'auteur.

Au terme de cette durée, les œuvres tombent dans le domaine public et peuvent donc être exploitées sans l'autorisation des titulaires de droit d'auteur.

Au-delà de la mort de l’auteur, le droit d'auteur profite à ses héritiers ou à la personne qu’il aura désignée à cet effet.

Les personnes auxquelles l’auteur avait cédé ou consenti des droits continuent à les exercer.


Les droits sur une œuvre anonyme ou pseudonyme expirent 70 ans à compter du moment où l'œuvre est licitement rendue accessible au public." (source spf economie)


Par exemple, vous pouvez utiliser l'image de la Tour Eiffel, mais attention, pas avec sa mise en lumière de nuit car, elle, elle est soumise aux droits d'auteurs.


Pour en revenir à l'illustration de bâtiments de moins de 70 ans, je pourrais bien évidemment les reproduire, du moment que j'ai l'accord des auteurs.  Mais il y a assez de bâtiments à redessiner avant de s'engager dans de la paperasse, non ?




3) L'histoire des lieux


Les souvenirs liés à un lieux me donnent envie de leur rendre hommage.  Ecouter Catherine et Jeannie me parler de leur maison d'enfance, que ce soit une maison de maître prestigieuse ou une maison de village, c'est écouter l'histoire d'une famille qui s'est écrite au fil du temps.




______________________________

La maison de la forêt

14/10/2021

Quand j'ai découvert le compte Instagram de Gwen, j'ai tout de suite craqué sur son intérieur épuré et sa déco apaisante.

Je suis curieuse ;-)

L'extérieur était tout aussi craquant.

Le charme de l'ancien, les pierres, les tuiles provençales....une vraie maison dépaysante comme on les aime, ici dans le Nord !

La maison est située à Gemenos, près de Marseille.

La partie la plus ancienne de la maison date d'une centaine d'années, c'était sans doute une bergerie.

Elle était à l'abandon depuis une trentaine d'années. 

Perdue au milieu des pins, elle était un repère de bandits où il y aurait eu des règlements de compte....

Heureusement, Gwen l'a sauvée de sa mauvaise réputation !

Elle, et surtout sa fille, a voulu y habiter dès la première visite !

Maintenant, la maison est plutôt fréquentée par les écureuils, sangliers, chevreuils, c'est beaucoup plus calme...et mignon !


Le compte de Gwen : @mamaisondelaforet


______________________________

La maison de boulevard

11/10/2021

Cette majestueuse maison de boulevard est souvent sur mon trajet.  Depuis que je réalise des illustrations  de maisons, celle-ci commençait sérieusement à me faire de l'oeil. 

Et puis, Catherine m'en a parlé.

C'était la maison de son arrière-grand-père.

"J'adorerais que tu me la dessines !".

Quelle coincidence !

Un vrai challenge pour moi car énormément de détails, d'ornements en pierre, des ferronneries très travaillées.

La maison est située au 67 Boulevard Dolez, à la place des anciens remparts de Mons, détruits à la fin du 19ème siècle.

Elle a été construite en 1910 par l'architecte Hobé pour l'arrière-grand-père de Catherine, Paul, en 1910.

Catherine y a vécu petite pendant un an ou deux, dans ce qu'était devenue la maison de ses grands-parents.

Tout comme son arrière grand-père, son grand-père était avocat.

La maison comportait une splendide salle à manger d'apparât, laquelle était réservée aux réunions et dîners importants.

Du haut du majestueux escalier en chêne sculpté, surmonté d'une superbe verrière en coupole, Catherine épiait, par un petit trou, les plus secrètes conversations qui s'échangeaient et admirait les plus belles tenues des invitées. 

Elle était souvent vite démasquée et reconduite dans sa chambre, qui donnait sur le boulevard.

Les ombres des grands marronniers y dansaient sur les murs, à la lueur des feux tricolores de signalisation.

______________________________

La maison ocre

01/10/2021

Quand Jeannie m'a contactée pour réaliser une illustration de cette maison, elle venait de perdre sa grand-mère.

Cette maison c'était toute son enfance !

Elle y a habité de nombreuses années avec sa mamy qui était très impliquée dans la vie locale.

Toute l'année, au gré des fêtes traditionnelles, des fêtes locales, sa grand-mère conviait sa famille, ses amis, ses voisins pour des moments qui allaient rester gravés dans les mémoires.

C'était l'endroit parfait pour se rassembler, pour les communions des petits-enfants, pour les anniversaires.

C'était aussi le jardin idéal pour cacher les oeufs à Pâques, tellement il regorgeait de cachettes secrètes, au pied du cerisier, aux creux des buissons taillés.



La maison a été construite au début du siècle dernier. Elle est constituée d'un corps de bâti principal, au plan classique : une grande cage d'escalier central flanquée de part et d'autre d'une immense pièce.


L'entrée est magistrale, une magnifique porte en bois mouluré invite à la découverte de l'intérieur.

Elle est surmontée d'un auvent type art nouveau, en métal et verre, aux rosaces dansantes.


Des annexes ont été construites ultérieurement, un atelier, une cuisine...


Jeannie gardera en mémoire l'odeur du café fraîchement préparé par son grand-père dans cette cuisine, coeur de la maison, l'odeur des tartines grillées qui embaumait la cage d'escalier jusqu'à sa chambre d'adolescente. 


Les traditionnelles gaufres du mardi gras que son grand-père cuisait sur son vieil appareil en fonte dans son garage, secondé par sa grand-mère, qui en préparait aussi dans sa cuisine pour l'aider à garder le rythme !


Et puis le fameux Vol-au-Vent qu'elle préparait lors de la traditionnelle Ducasse Saint Fiacre, qui était une des étapes immanquables du week-end et dont les villageois se souviendront encore très longtemps.


Dans le fond du jardin se trouvent un garage, une remise, un poulailler où Jeannie ramassait les oeufs frais chaque matin.



Une page se tourne pour Jeannie et ses proches. 

La maison ne pourra malheureusement pas rester dans la famille.

Elle va devoir changer de propriétaire et subir quelques travaux.

Gardons espoir que les futurs propriétaires conserveront son caractère, son identité si forte.


______________________________